Retour vers le Campiello il Campiello
Le site forum des passionnés de Venise
 
 FAQFAQ   RechercheRecherche   MembresMembres   GroupesGroupes   InscriptionInscription 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

le 20 juin

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums il Campiello -> Juin
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Lili



Inscrit le : 23 Avr 2005
Messages: 7641
Localisation : Nice

Message Posté le : Mar 20 Juin 2006, 23:32:52    Sujet du message: le 20 juin Répondre en citant

le 20 juin 1468 :

Les Turcs débarquent sur l'île d'Eubée. Nicolo da CANAL, à la tête de la flotte vénitienne ne fait rien et refuse l'aide des galères des Chevaliers de Rhodes et du Royaume de Chypre qui se proposaient de dégager Négrepont, la capitale de l'île
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Ticha



Inscrit le : 17 Avr 2005
Messages: 4774
Localisation : pays d'Auge

Message Posté le : Mer 21 Juin 2006, 00:24:16    Sujet du message: Répondre en citant

Donc, le résultat c'est quoi, Lili ??? Shocked Ca m'a toujours énervée, cette histoire de Nègrepont ????
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
didoom



Inscrit le : 17 Mai 2009
Messages: 1292
Localisation : IDF

Message Posté le : Mar 07 Sept 2010, 07:50:19    Sujet du message: l'eau potable à Venise Répondre en citant

20 juin 1884

La Compagnie Générale des Eaux créait sa première filiale à l'internationale qui aura pour objectif d'alimenter la ville de Venise en eau potable. La Sérénissime inaugurera son tout nouveau réseau d'eau potable le 20 juin 1884.



Inauguration piazza San Marco


Chantier du réseau d'eau sous le Grand Canal
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
J@M



Inscrit le : 06 Sept 2006
Messages: 1477
Localisation : LYON

Message Posté le : Mar 07 Sept 2010, 09:07:14    Sujet du message: Répondre en citant

Apporter de l'eau à Venise... Sont fous ces vénitiens... :wink:
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Veronique Franco



Inscrit le : 30 Mai 2008
Messages: 1572
Localisation : Doubs

Message Posté le : Mar 07 Sept 2010, 09:27:18    Sujet du message: Répondre en citant

Pour compléter ton post, didoom, ... :wink:


Tracé de la conduite


Les travaux


Invitation pour la cérémonie d'inauguration le 23 Juin
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
didoom



Inscrit le : 17 Mai 2009
Messages: 1292
Localisation : IDF

Message Posté le : Mar 07 Sept 2010, 16:03:21    Sujet du message: Répondre en citant

super !!! je l'avais pas trouvé ça !!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Stef*



Inscrit le : 17 Avr 2005
Messages: 8523
Localisation : Bruxelles

Message Posté le : Mar 07 Sept 2010, 17:22:34    Sujet du message: Répondre en citant

Et super à toi de relancer l'éphéméride ! :D :D :D :D :wink:

Surprenant, l'inauguration sur la Piazza !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
didoom



Inscrit le : 17 Mai 2009
Messages: 1292
Localisation : IDF

Message Posté le : Mar 07 Sept 2010, 17:28:08    Sujet du message: Répondre en citant

Laughing Laughing Laughing

c'est difficile de trouver des choses intéressantes, l'éphéméride est déjà bien rempli !

et puis c'est agréable quand d'autres DD complètent les post avec des choses qu'on avait pas trouvé Embarassed Embarassed Embarassed en gros, j'adoooooooore le travail d'équipe !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
didoom



Inscrit le : 17 Mai 2009
Messages: 1292
Localisation : IDF

Message Posté le : Mer 29 Déc 2010, 21:20:38    Sujet du message: Répondre en citant

cette date doit m'inspirer !

le 20 juin 1910 : au moins 200 000 tracts sur la tête

« Les gondoles sont des balançoires à crétins ! » Les peintres et poètes futuristes n’y vont pas par quatre chemins. Boccioni, Russolo, Marinetti, Buzzi et quelques autres encore sont juchés en haut de la tour de l’Horloge et jettent 200 000 tracts multicolores aux centaines de spectateurs amusés de la place Saint-Marc. Ils poussent de grands cris et s’esclaffent bruyamment : « Il faut détruire Venise, raser cette ville pleine d’amants fatigués et de courtisanes cosmopolites ! Il faut redonner à ce lieu sa vocation militaire et intellectuelle. »

Les artistes arpentent ensuite les rues en beuglant d’autres provocations : « Commerçants, arrêtez vos commerces louches et vos brocantes minables ! Vénitiens, redressez-vous, sortez de votre torpeur et mettez fin à vos petites lâchetés ! Faites sortir les étrangers et tous les touristes qui vous avilissent !» Ils s’arrêtent devant un cabinet d’architecte et prennent par le bras l’occupant des lieux. « Venez mon bonhomme, on va vous montrer comment il faut traiter cette ville putride ! Les palais ? Nous les raserons. Les canaux, nous les comblerons ! » Le pauvre architecte, les binocles de travers, se demande s’il rêve ou s’il a affaire à des fous. Marinetti s’est mis à chanter avec une belle voix de ténor : « Vive les ponts métalliques et la reine Electricité ! Vive l’essor des fabriques et l’arrivée de la modernité ! »

Quelques policiers tentent mollement de s’interposer puis abandonnent, faute de recevoir des ordres clairs d’une hiérarchie lointaine et dépassée. En attendant, les artistes hilares font tomber les képis et leur demandent des armes « pour se battre contre l’ennemi héréditaire autrichien ». Tout se termine dans un café où le vin coule à flot dans une rivière de rires et d’histoires salaces.

Pendant ce temps, la ville a retrouvé son calme, les tracts jonchent le sol. Personne ne comprend bien ce que veut dire « futurisme ». Personne ne voit où ces peintres et poètes veulent en venir. Le responsable de la voirie commande à ses agents : « Vous me ramassez tout ça. Du balai, du savon et de l’eau. Qu’il ne reste rien de cette manifestation idiote ! »

Assis sur un banc, un journaliste français écrit, pour son journal parisien, un papier ridiculisant les artistes fantasques. Dans son for intérieur, il les remercie pourtant de lui avoir donné des idées qui lui évitent de parler des musées de Venise… qui n’intéressent ni ses lecteurs ni lui.

Marinetti (qui écrit aussi bien en italien qu’en français) et ses compagnons aiment l’esclandre, la provocation et le pugilat public comme moyen d’”agit-prop”.

Dans leurs différents manifestes c’est un peu la même chose, ainsi dans la revue Poesia Filippo Marinetti a publié en français, en avril 1910 un Discours Futuriste aux Vénitiens, avant de le publier en italien sous le titre plus explicite de Contro Venezia Passatista (Contre Venise Passéiste).

Voici quelques extraits assez parlants de ce texte.

“…. Nous voulons désormais que les lampes électriques aux milles pointes de lumière déchirent brutalement tes ténèbres mystérieuses, fascinantes et persuasives. Ton Canal Grande deviendra fatalement un port marchand. Trains et tramways, lancés dans de grandes rues construites sur tes canaux enfin comblés, viendront amonceler des marchandises parmi une foule riche et affairée d’industriels et de commerçants.

Vénitiens, esclaves du passé, ne hurlez donc pas contre la prétendue laideur des locomotives, des tramways et des automobiles, dont nous dégageons à coup de génie la grande esthétique fututiste! Ces merveilleux engins de vitesse peuvent toujours écraser tel couple d’Autrichiens sales et grotesques sous leurs petits chapeaux tyroliens !

Mais vous aimez vous prosterner devant tous les étrangers, quelle que soit leur nationalité, car vous êtes d’une servilité répugnante !

(……)

Vous n’êtes aujourd’hui que des garçons d’hôtel, des cicérones, des proxénètes, des antiquaires frauduleux, des fabricants de vieux tableaux, des peintres rabâcheurs, copistes et plagiaires!

Avez-vous donc oublié que vous êtes avant tout des Italiens?”

Puis il parle des gondoliers piochant “avec leurs avirons plusieurs kilomètres d’excréments liquéfiés, dans une divine odeur de latrine” lors de la visite de l’empereur austro-hongrois, pour finir par une ôde patriotique;

“Oh! Rougissez de honte, et tombez à plat ventre; l’un sur l’autre, entassés comme des sacs pleins de sable et de pierres, pour former un rempart sur la frontière, tandis que nous préparons la grande et forte Venise industrielle et militaire, qui doit braver l’insolence autrichienne sur la Mer Adriatique, ce grand lac italien !”

source : http://ilyaunsiecle.blog.lemonde.fr/2010/06/20/20-juin-1910-200-000-tracts-sur-la-tete/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Virginie



Inscrit le : 17 Avr 2005
Messages: 3466
Localisation : Die (Drôme)

Message Posté le : Mer 29 Déc 2010, 21:32:46    Sujet du message: Répondre en citant

Whaou Didoom ! J'en apprends tous les jours. Merci de nous avoir fait partager cette anecdote.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
didoom



Inscrit le : 17 Mai 2009
Messages: 1292
Localisation : IDF

Message Posté le : Mer 29 Déc 2010, 21:34:02    Sujet du message: Répondre en citant

Laughing Laughing Laughing

faut bien que les recherches pour le rallye servent à trouver quelque chose... malheureusement pas forcément les réponses attendues Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jas
Site Admin


Inscrit le : 17 Avr 2005
Messages: 10539
Localisation : Vendômois

Message Posté le : Mer 29 Déc 2010, 23:08:29    Sujet du message: Répondre en citant

Super Razz
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
didoom



Inscrit le : 17 Mai 2009
Messages: 1292
Localisation : IDF

Message Posté le : Jeu 30 Déc 2010, 08:26:46    Sujet du message: Répondre en citant

petit rajout à mon poste d'hier soir sur les 4 organisateurs de la manifestation du 20 juin 1910 :

Umberto Boccioli , né le 19 octobre 1882 à Reggio de Calabre et mort le 16 août 1916 à Vérone. C'est un peintre et un sculpteur futuriste italien.
En 1908, à Milan, Umberto Boccioni fait la connaissance Filippo Tommaso Marinetti, créateur du Futurisme, dont le manifeste paraît le 20 février 1909.
Boccioni devient le théoricien du mouvement futuriste. En 1914, il publie Peintures, sculptures futuristes et explique ainsi l'objectif de la peinture futuriste : « Tandis que les impressionnistes font un tableau pour donner un moment particulier et subordonnent la vie du tableau à sa ressemblance avec ce moment, nous synthétisons tous les moments (temps, lieu, forme, couleur, ton) et construisons ainsi le tableau. » Son chef-d'œuvre, l'Élasticité, est la synthèse des mouvements d'un cheval en course.
On retrouve les mêmes éléments de dynamisme dans ses sculptures, qui représentent une grande partie de son œuvre : Synthèses du dynamisme humain, Développement d'une bouteille dans l'espace, Formes uniques de continuité dans l'espace. Mobilisé à la déclaration de guerre, Boccioni meurt en 1916 des suites d'une chute de cheval.
Une des peintures les plus célèbres d'Umberto Boccioni est La strada entra nella casa (La rue entre dans la maison, 1911) au musée Sprengel de Hanovre, qui a présenté une exposition sur le futurisme en 2001. Une autre de ses œuvres majeures est la La Città che sale (La Ville qui monte, 1910).
Son œuvre, L'Homme en mouvement, une sculpture en bronze dont le titre original est Forme uniche nella continuità dello spazio (Formes uniques dans la continuité de l'espace, 1913). Elle figure sur la pièce italienne de 20 centimes d'euro.


autoportrait


L'Homme en mouvement exposé au Museum of Modern Art de New York

Luigi Russolo, né le 30 avril 1885 à Portogruaro (Province de Venise) et mort le 4 février 1947 à Cerro di Laveno, était un peintre et compositeur italien, considéré comme le père de la musique bruitiste.
Russolo est né dans une famille de musiciens : son père Domenico est organiste à la cathédrale de Portogruaro et directeur de la Schola Cantorum de Latisana. Ses frères aînés Giovanni et Antonio obtiendront leur diplôme de violon et orgue, et de piano et orgue, au conservatoire Giuseppe-Verdi de Milan.
Après un fugitif intérêt pour la musique, Luigi Russolo opte pour la peinture et la gravure. En 1909, il participe à l'exposition annuelle Bianco e Nero, à la Famiglia Artistica de Milan, avec une série d'eaux-fortes d'inspiration symboliste. A cette occasion, il rencontre Boccioni avec qui il se lie d'une profonde amitié. Ses travaux s'inspireront dorénavant de l'oeuvre graphique de Boccioni, caractérisée par les thèmes de la mère et des paysages de périphéries industrielles.
En février 1910, avec Boccioni, Bonzagni, Camona, Carrà, Erba, Martelli et Romani, il rencontre Marinetti et rejoint le mouvement futuriste. Il signe le Manifeste des peintres futuristes (11 février 1910) et le Manifeste technique de la peinture futuriste (11 avril 1910) et participe à toutes les soirées futuristes, ainsi qu'aux expositions organisées en Italie et à l'étranger.
Le 11 mars 1913, Luigi Russolo public son manifeste L'Art des bruits, qu'il dédie à Pratella et où il présente ses théories sur l'utilisation du son-bruit. Peu après, il réalise avec Ugo Piatti une série d'intonarumori, machines sonores spectaculaires conçues pour créer et modifier les sons-bruits dans leur intensité, anticipant les expérimentations sonores qui aboutiront, au lendemain de la seconde guerre mondiale, à la musique concrète de Schaeffer et à la musique électronique.
C'est à partir de ce moment que Russolo abandonne son activité picturale pour se consacrer totalement aux problèmes musicaux.
Le 21 avril 1914, il débute au Teatro Dal Verme de Milan, dirigeant le premier Grand Concert futuriste pour dix-huit intonarumori, lesquels sont subdivisés en glouglouteurs, crépiteurs, hurleurs, tonneurs, éclareurs, siffleurs, bourdonneurs et froisseurs.
Le début de la première guerre mondiale rompt les relations que Russolo entretenait avec l'étranger. Il s'engage dans le bataillon des volontaires cyclistes lombards et est nommé lieutenant du 5e bataillon alpin Brenta. En septembre 1916, son livre L'Art des bruits sort aux éditions futuristes Poesia. Le 17 décembre 1917, Russolo est grièvement blessé à Malga Camerona et passe dix-huit mois dans divers hôpitaux.


Luigi Russolo en 1916


Intonarumori

Filippo Tommaso Marinetti (né le 22 décembre 1876 à Alexandrie, Égypte, et mort le 2 décembre 1944 à Bellagio) était un écrivain italien du début du XXe siècle, qui fut l'initiateur du mouvement littéraire du Futurisme.
Après des études chez les jésuites français, Marinetti passe son Baccalauréat à Paris et obtient un doctorat en droit à Gênes. Les poètes français Catulle Mendès et Gustave Kahn remarqueront et feront connaître son poème Les vieux marins. Il écrit et publie en français divers recueils de poésies, ainsi que les pièces de théâtre Le roi Bombance et Les Poupées électriques, où il crée la première image du robot. Il fonde la revue Poesia en 1904, publie son premier roman, Mafarka le futuriste, en 1910.
C'est en janvier 1909 qu'il publie en Italie son célèbre Manifeste du Futurisme, véritable acte de naissance de cette culture des avant-gardes qui marquera le XXe siècle. Le 20 février suivant, son manifeste paraît à Paris, dans Le Figaro. Marinetti y proclame l'avènement d'une nouvelle esthétique de la vitesse et de la modernité industrielle.
En 1912, il est correspondant de guerre lors du conflit opposant la Turquie et la Bulgarie. Il se rapproche alors des milieux nationalistes italiens et milite pour l'entrée en guerre de son pays. Il s'engage en 1915 et est blessé en 1917. Aux côtés du futuriste Mario Carli et de l'agitateur Mussolini, il fait partie des 119 personnes présentes le jour de la fondation, en mars 1919, des Faisceaux italiens de combat.
Son soutien au régime fasciste le fera élire à l'Académie d'Italie en 1929. Il est décoré en 1930 comme chevalier de la légion d'honneur en France. Le gouvernement italien émet cependant de vives critiques contre l'art dégénéré que Marinetti, pourtant, défend. Il s'engage à nouveau en 1942 mais doit renoncer du fait d'une grave maladie. Il rejoint alors Venise, puis le Lac de Garde et enfin le Lac de Côme où il meurt d'une crise cardiaque à Bellagio.


Filippo Tommaso Marinetti

Paolo Buzzi (15 Février 1874 au 18 Février 1956) était un dramaturge et poète futuriste italien.
Buzzi a étudié le droit à Pavie, et en même temps assisté à des conférences de littérature. En 1891, il a remporté le prix du Concorso milanese di Poesia . En 1898, avec Rapsodie leopardiane sa carrière poétique est lancée. En 1905, il a remporté le titre de meilleur poète italien de langue à un concours dans la revue littéraire Poesia, fondé par Marinetti et Sem Benelli. Il a commencé ainsi à écrire pour Poesia, et est devenu un prospectiviste noté, expérimenter avec la forme poétique et théâtrale. Il a également essayé de filmer. Des années plus tard il a quitté l'éthique de travail futuriste et a travaillé avec les formes traditionnelles de la poésie.

source : http://fr.wikipedia.org
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Lili



Inscrit le : 23 Avr 2005
Messages: 7641
Localisation : Nice

Message Posté le : Jeu 30 Déc 2010, 09:51:38    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Didoom pour ces posts fort intéressants !!
Super de voir l'éphéméride se réveiller...
Allez on s'y remet ?? Ca me rappelle tant de bons souvenirs Rolling Eyes Razz
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Olia et Klod
Invité





Message Posté le : Ven 29 Juil 2011, 12:39:26    Sujet du message: Répondre en citant

20 Juin 1608 baptême dans l'église San Luca de Pietro Cesare Alberti dont l'Histoire retiendra qu'il fut le premier immigrant italien en Amérique du Nord (New Amsterdam le 2 Juin 1635)
Revenir en haut
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums il Campiello -> Juin Les heures sont au format GMT + 1 heure
Page 1 sur 1

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation