Retour vers le Campiello il Campiello
Le site forum des passionnés de Venise
 
 FAQFAQ   RechercheRecherche   MembresMembres   GroupesGroupes   InscriptionInscription 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Quand Dieu apprenait le dessin. Patrick Rambaud.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums il Campiello -> Bibliothèque
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Blandine



Inscrit le : 24 Fév 2008
Messages: 4383
Localisation : Rennes

Message Posté le : Dim 07 Jan 2018, 15:49:53    Sujet du message: Quand Dieu apprenait le dessin. Patrick Rambaud. Répondre en citant

Je viens tout juste d'apprendre la parution de ce livre de Patrick Rambaud qui doit être réjouissant.

On connait sa plume alerte, trempée dans l'encre du pastiche, mais également brillamment couronnée par le Goncourt et l'Académie Française pour La Bataille.

Voici sa dédicace, pour juger de la suite !

Pour Tieu Hong bien sûr,
Pour Henri de Régnier,

Pour mes amis de Venise, pour la petite dame du Rialto qui vend au printemps des artichauts minuscules, pour le fabricant de bottes de San Stefano, pour la patronne de La Rivetta qui m’a dépanné un dimanche soir avec une bouteille de Soave, pour les patrons d’Alla Frasca, près de la maison du Titien, qui réussissent une brandade de morue sans pareille, pour le facteur Cheval de Burano qui a un autographe de Gina Lollobrigida, pour le train qui arrive au matin à Santa Lucia, pour ce vieux monsieur impeccable dans son loden vert qui vient s’asseoir chaque jour à la même heure sur un banc des Zattere et ne regarde nulle part.

Notice de l'éditeur

Au début du ixe siècle, « nous étions à l’âge des ténèbres. Le palais des doges n’avait pas encore remplacé la lourde forteresse où s’enfermaient les ducs. Les Vénitiens étaient ce peuple de marchands réfugiés dans les lagunes, pour se protéger des barbares. Ils ne voulaient pas affronter des ennemis mais cherchaient des clients : aux uns, ils vendaient des esclaves, aux autres du poivre ou de la soie. Leur force, c’étaient les bateaux – dans une Europe encore aux mains des évêques et des Papes. »
Venise la récalcitrante excite les convoitises et s’exaspère du pouvoir de Rome. Le 31 janvier 828, le doge de Rialto envoie deux tribuns en mission à Alexandrie pour ramener par tous les moyens la dépouille momifiée de saint Marc… Sous la protection d’un évangéliste de cette renommée, Venise pourra traiter d’égale à égale avec Rome et fonder ainsi une république de mille ans… Le roman d’une époque méconnue, racontée avec brio et ironie par Patrick Rambaud.

Tout cela me parait diablement alléchant.
N'oublions pas, c'est un roman. Il ne faudra pas y rechercher l’inexactitude, mais le plaisir et l'enthousiasme !

J'ai hâte de m'y plonger ...



N'avait-on pas eu une question, lors d'un rallye, sur le troisième homme de l'expédition d'Alexandrie ??? je crois bien que oui. Mais, là, on n'en trouve que deux, comme d'habitude ...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
alain



Inscrit le : 03 Déc 2008
Messages: 1069
Localisation : Joyeuse 07260

Message Posté le : Lun 08 Jan 2018, 13:26:32    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis .... Embarassed
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Stef*



Inscrit le : 17 Avr 2005
Messages: 8515
Localisation : Bruxelles

Message Posté le : Lun 08 Jan 2018, 16:40:35    Sujet du message: Répondre en citant

Blandine a écrit:

N'avait-on pas eu une question, lors d'un rallye, sur le troisième homme de l'expédition d'Alexandrie ??? je crois bien que oui. Mais, là, on n'en trouve que deux, comme d'habitude ...


Le troisième se nommait Stauraco de Murano Wink

Q3 du Rallye 2007/2008: http://www.campiello-venise.com/rallye_2008/reponses/reponses1.htm

Belle découverte Blandine Smile
Je commande à l'instant ... Wink

Voici une version moins connue que le tableau de l'Accademia.
Oeuvre se trouvant aux musées Royaux des Beaux Arts de Bruxelles, depuis 1811, provenant des anciennes collections royales de France:


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Blandine



Inscrit le : 24 Fév 2008
Messages: 4383
Localisation : Rennes

Message Posté le : Mar 16 Jan 2018, 14:46:13    Sujet du message: Répondre en citant

Me voici donc à la fin du livre et nous sommes loin de la délicate et lumineuse poésie de « Lumière sur la lagune »

Très loin.

En l’an de grâce 828, face à trois puissants empires, le carolingien de Louis le Pieux, allié du pape, le byzantin du basileus Michel et le sarazin des abbassides, les vénitiens, perchés sur quelques mottes de terre émergeant à peine de la lagune, décident de n’appartenir à personne qu’à eux-mêmes. Or, pour envoyer balader empereurs, pape, sultans et califes, encore faut-il s’assurer d’un protecteur plus puissant et moins autoritaire : ce sera Marc.

Vous connaissez l’histoire, oui, mais écrite de cette façon, non !

S’en suit un rocambolesque récit, mêlant érudition, impertinence et gaillardises, saupoudré de quelques anachronismes vraisemblables, que l’on savoure avec gourmandise.

Notre héro, Rustico, tenace, entreprenant et persévérant, nous entraine à sa suite, de Torcello à Mayence, de Rialto à Alexandrie. Il affrontera les brigands, les bêtes sauvages, une ordalie, des complots, les sarasins et les tempêtes.

J’ai parlé d’érudition, car, sous ses airs gouailleur et goguenard, Patrick Rambaud s’est solidement documenté. On y discute du Filio Que et de la nature de l’âme selon Saint Augustin après ripailles au monastère, on trafique des reliques au milieu d’histoires fabuleuses, on recopie la vie des saints sur des palimpsestes, on calcule le diamètre de la Terre. C’est le IXe siècle, à la manière de Rambaud, qui se déploie devant nous avec ses marchands qui négocient des esclaves et des armes de fer, de la soie et des pierreries, du poivre et de la cannelle, avec ses complots contre le vie du Doge de Rialto, avec ses brigands sur la côte dalmates, les splendeurs d’une Alexandrie colorée et vibrante et les débuts de Venise, au temps où Justinien habitait un château à pont levis, où l’on construisait San Zaccaria et où Torcello venait d’inaugurer la grande nef de pierres de Santa Maria Assunta.

Et toute cette aventure culmine, au moment où Rustico, à bord de son bateau, révèle aux marins qu’ils transportent la dépouille de l’évangéliste. Alors retentit, comme le tonnerre, et pour la première fois, le cri des vénitiens : Viva San Marco !

Pour mille ans !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Stef*



Inscrit le : 17 Avr 2005
Messages: 8515
Localisation : Bruxelles

Message Posté le : Mar 27 Fév 2018, 23:00:24    Sujet du message: Répondre en citant

Quelle belle friandise offerte là par Rambaud!

"Les croyances, toutes les espèces de croyances génèrent le désordre.
Si tu crois (x), tu veux persuader ceux qui ne croient pas aux mêmes choses que toi,
tu légifères, tu ordonnes..."


Paroles du compagnon imaginaire -moine de son état- des illustres Buono et Rustico qui vont "transformer en oeuvre d'art le rapt d'une momie.
Commerçants, ces deux-là: "Parce que tout s'achète, la paix comme les hommes, leur âme, leur blé."

Rialto sera sauvé grâce à trois têtes de porcelets roses qui couvrent les restes d'un Saint Marc qui "sent le moisi".

Les restes de notre moine n'auront pas le même destin.
Bouffés et rongés par les bêtes du désert, une vengeance hargneuse ventilera ses ossements
et les transformera en piètres bijoux de pacotille...

PS: Stauraco, le fieffé troisième d'une question de Rallye est repris sous les traits d'un religieux peureux, gardien des restes de Marc à Alexandrie...

Il n'y a pas de fumée sans feu ...

Wink Wink


Dernière édition : Stef* le Mar 27 Fév 2018, 23:53:40; Edité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
babeth



Inscrit le : 28 Août 2009
Messages: 3581
Localisation : paris

Message Posté le : Mar 27 Fév 2018, 23:44:53    Sujet du message: Répondre en citant

merci à Blandine et Stef pour cet époustouflant résumé de la verve de l'auteur ! et à Stef, une question quand il a écrit :

"Les croyances, toutes les espèces de croyances génèrent le désordre.
Si tu croix, tu veux persuader ceux qui ne croient pas aux mêmes choses que toi,..."

as-tu vraiment fait exprès d'écrire crois avec un X ???
si oui, très malin, sinon, très affirmatif ! Wink
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Stef*



Inscrit le : 17 Avr 2005
Messages: 8515
Localisation : Bruxelles

Message Posté le : Mar 27 Fév 2018, 23:50:55    Sujet du message: Répondre en citant

Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed

... faut croire que douze années en école dite catholique marquent son homme... Embarassed Embarassed Embarassed

L'orthographe faisait pourtant bien partie de cours intensifs ... Confused Confused

Razz Razz Razz Wink

Je vais immédiatement rectifier... Embarassed Embarassed Embarassed
tout en laissant l'objet du délit!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums il Campiello -> Bibliothèque Les heures sont au format GMT + 1 heure
Page 1 sur 1

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation