Retour vers le Campiello il Campiello
Le site forum des passionnés de Venise
 
 FAQFAQ   RechercheRecherche   MembresMembres   GroupesGroupes   InscriptionInscription 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'imprimeur de Venise - Javier Azpeitia

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums il Campiello -> Bibliothèque
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Blandine



Inscrit le : 24 Fév 2008
Messages: 4585
Localisation : Rennes

Message Posté le : Jeu 04 Oct 2018, 21:26:57    Sujet du message: L'imprimeur de Venise - Javier Azpeitia Répondre en citant

J'étais persuadée que l'on avait déjà parlé de ce livre, mais je n'arrive plus à retrouver le post ....

Donc, si je suis restée absente du forum, c'est que nous étions en Grèce, à Athènes puis dans les îles. Non, non, nous n'étions pas sur un grandi navi, je précise, pour ne pas être vouée au gémonies par les campiellistes.

Je ferai, comme à l’accoutumée des albums de tout ceci, mais cela prend du temps ...

Revenons donc à l'imprimeur de Venise. Comme souvent, j'attends que le livre vienne à ma rencontre. C'est ce qui s'est produit peu avant de partir et cela tombait fort bien puisque, justement, Alde Manuce a passé une grande partie de son temps à imprimer les auteurs grecs de l'Antiquité.

J'avais une petite réticence sur le livre, sachant que l'auteur est espagnol . Les deux derniers livres que j'ai lus sur Venise écrits par des espagnols ne m'avaient pas convaincus ... La vieille inimitié de l'Espagne pour la Sérénissime est tout de même bien connu.



En 1530, un jeune homme se présente dans une maison de la région de Modène, pour rencontrer la veuve d'Alde Manuce, le célèbre imprimeur vénitien. Il veut lui montrer le texte qu'il a écrit sur sa vie, sans savoir que la véritable histoire de Manuce n'a rien à voir avec le ton épique du récit qu'il a imaginé autour du héros de l'imprimerie. En effet, lorsqu'en 1489, Alde Manuce arrive à Venise dans le but de réaliser des éditions raffinées des nombreux trésors grecs qu'il connaît, il doit faire face à de nombreuses difficultés auxquelles il ne s'attendait pas : vol de manuscrits, censure des puissants contre la diffusion de l'épicurisme, obligations commerciales d'Andrea Torresani, patron de l'imprimerie... Quand il se met en tête d'épouser la fille d'Andrea Torresani, les obstacles se multiplient encore.
Avec une juste dose d'ironie et une érudition discrète, L'Imprimeur de Venise recrée de manière éblouissante l'origine de l'édition à travers des personnages pionniers, dans une ville folle. L'époque de crise que traverse Venise n'est pas sans rappeler les défis du présent...

En fait, je suis très partagée sur ce livre. Si le fil rouge de l'histoire reste la biographie très romancée d'Alde Manuce, la trame du récit se perd dans une multitude de propos qui en brouille la cohérence.

D'abord, il y a plusieurs narrateurs, entre autres, Alde lui même, mais aussi Pic de la Mirandole et bien d'autres.
Ensuite, on perd quelque peu le sens de l'ouvrage entre les techniques de l'imprimerie, le marché des livres, la condition des femmes en Grèce antique et à Venise à la Renaissance, la diffusion des auteurs grecs et de leurs écrits ramenés par les érudits ayant fui Constantinople à sa chute, un texte d’Épicure perdu, les aventures de Pic de la Mirandole, la prostitution à Venise, la censure, la difficulté à établir une ligne éditoriale, les affres d'Alde entre désirs et stoïcisme ...
Bref, j'ai oscillé entre admiration et agacement. Peut être que j'attendais quelque chose de plus classique et de moins touffu.
La critique assez acerbe de l'esprit mercantile de Venise n'a pas été la moindre des sources d'agacement. Mais, par ailleurs, on apprend aussi beaucoup de choses sur la fonte des caractères et sur les choix éditoriaux, souvent plus dictés par le succès des ventes que par l'esprit d'érudition (n'est-ce pas moderne, cela?)

Donc, je suis un peu mitigée, mais cela vaut la peine de se pencher sur ce livre.

Et ... A Patmos (la plus belle île grecque - en tout cas celle que j'ai préférée) le monastère - forteresse de Saint Jean possède une très riche bibliothèque. Quelques livres sont exposés dans un petit musée tout à fait remarquable où, comme cela va de soit, les photos sont interdites.

Et que ne vois-je pas ? Un Aristote d'Alde. Photo prise vite fait, heureusement bien nette. Cela fait un coup au cœur de voir ce livre qui est passé entre ses mains !



Il y avait également un Aristophane, mais là, c'eut été dangereux de sortir l'apn sous le nez du surveillant .... Rolling Eyes
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums il Campiello -> Bibliothèque Les heures sont au format GMT + 1 heure
Page 1 sur 1

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation